Bill Lee et les Expos

Bill Lee et les Expos réunis lors d'un match de baseball. Bill Lee et les Expos réunis lors d'un match de baseball.
Bill Lee et les Expos, l’incomparable. Par Michel Bureau
Il y a des personnalités qui ne laissent personne indifférent, l’ex-lanceur des Expos le 37, Bill Lee, est du nombre. Il a marqué l’histoire des Expos.
Une personnalité controversée, certes, mais combien attachante. J’ai longuement discuté avec lui lors de son passage à Québec avec les anciens expos. Il a encore frais en mémoire cette fameuse soirée au stade Olympique lors d’un match contre les Cards alors qu’il avait demandé un temps d’arrêt à l’officiel pour attraper au vol… un papillon, et le déposer délicatement à l’extérieur de la surface de jeu devant plus de 30 000 spectateurs.
« Je m’en souviens comme si c’était hier’’, de me raconter celui que plusieurs surnomment Spaceman avec un sourire espiègle, visiblement fier de son coup. Il avait fait sursauter Charles Bronfman alors président des Expos en déclarant, ‘’Je suis conscient de la situation au Québec, et si j’étais Québécois je voterais pour l’indépendance du Québec’’, Bronfman, un fédéraliste, était en furie. On se souviendra que Bronfman avait menacé à l’époque de déménager l’équipe si le OUI devait l’emporter.
Rien à son épreuve, il s’est présenté à la présidence des États-Unis comme candidat indépendant contre Bush.  « J’ai fréquenté la même université que lui, Bush c’est un menteur, un tricheur’’, avait déclaré l’incomparable Bill Lee.  Il n’aurait assurément pas fait pire que Bush à la présidence des États-Unis. Il avait payé une amende salée au commissaire du baseball majeur pour avoir dit qu’il mettait du pot sur ses galettes le matin. Sur le coup d’une suspension, il avait aussi invité les partisans à venir le rejoindre à la Brasserie 76, près du stade Olympique, pour venir voir un match de baseball avec lui. Bill Lee c’était du bonbon pour les journalistes, pour les partisans.
Et rassurez-vous, s’il a de la difficulté à courir, il est encore très vif d’esprit, et encore capable d’attraper une balle, il en a fait la démonstration au stade Canac. Il a eu un léger malaise cardiaque l’an dernier lors d’un match de balle molle avec les Bananas de Savannah, une équipe qui évolue dans un circuit indépendant avec laquelle Bill est lié comme joueur et consultant, il s’est fait rassurant à un partisan qui lui demandait comment il se sentait. ‘’Je suis en parfaite forme, encore bon pour dix ans minimum’’, de dire Bill Lee avec un grand sourire entouré de nombreux partisans portant fièrement sa casquette des Bananas de Savannah!
Bill Lee, il habite au Vermont, est en amour avec Montréal et le Québec depuis toujours. Un sentiment d’appartenance que l’on ne retrouve malheureusement plus chez les athlètes de nos jours. Bill Lee, ce n’était pas un pied de céleri, en carrière, il a conservé une fiche de 119-90 et une excellente mpm ( moyenne de point mérité) de 3.04. Il totalise trois saisons de 17 victoires avec les Red Sox de Boston. Il a connu sa meilleure saison dans l’uniforme des Expos en 1979 en remportant 16 victoires.
Il a joué 14 saisons dans le baseball majeur quatre avec les Expos. Bill Lee a été le sujet de deux films un en 2006, ‘’Spaceman a baseball ody’’, et ‘’Spaceman’’ en 2016, et trois chansons. Toujours un immense plaisir de renouer avec celui qui a toujours et encore la ‘’cote’’ auprès du public, il a été le plus applaudi lors de la présentation des anciens joueurs des Expos lors du match contre les anciens Capitales de Québec. Ils ne sont pas légion les athlètes aussi sympathiques et respectueux des partisans comme Bill Lee.
Photo principale :   Michel Bureau et Bill Lee

 

Poésie Trois-RivièreMains Libres

Le Bureau des Sports