Soul Chain: Tremblements de corps

Critique Danse . Soul Chain : Tremblements de corps en plein verglas. Par Aline Apostolska  Dehors, en cette fin janvier, le verglas avait givré et inquiété les Montréalais. Dedans, dans le cocon du théâtre Maisonneuve bondé, nous, les spectateurs, avons tout au contraire, été plongés dans l’incandescence d’une transe collective magnétique et hypnotique, viscérale et communicative, délivrée par les extraordinaires interprètres de la compagnie allemande Tanzmainz sur la chorégraphie de Sharon Eyal et Gai Behar et la musique d’Ori Lichtik. Un beau cadeau de Nouvel an de Danse Danse, dont la saison s’annonce fort prometteuse.
Un groupe de danseurs de Soul Chain sur scène. Un groupe de danseurs de Soul Chain sur scène.

Critique Danse . Soul Chain : Tremblements de corps en plein verglas. Par Aline Apostolska 

Dehors, en cette fin janvier, le verglas avait givré et inquiété les Montréalais. Dedans, dans le cocon du théâtre Maisonneuve bondé, nous, les spectateurs, avons tout au contraire, été plongés dans l’incandescence d’une transe collective magnétique et hypnotique, viscérale et communicative, délivrée par les extraordinaires interprètes de la compagnie allemande Tanzmainz sur la chorégraphie de Sharon Eyal et Gai Behar et la musique d’Ori Lichtik. Un beau cadeau de Nouvel An de Danse Danse, dont la saison s’annonce fort prometteuse.

Sur une scène nue, habillée seulement de tessitures de lumières enveloppantes, ils et elles entrent peu à peu, par groupes de deux, le corps révélé plutôt que couvert, par des justaucorps moulants de couleur chair. Sur la pointe des pieds. Marcher sur la pointe des pieds, c’est une chose, mais danser intensément sur la pointe des pieds une heure durant, c’est tout autre chose. Une prouesse, un tour de force. Dix-sept interprètes magnifiques, aux physiques majestueusement disparates, mais si totalement complémentaires, qui livrent une performance inoubliable. 

Équilibre, vertige, résistance, sensualité, contact et éloignement de l’autre, toute la gamme du désir, de la sensualité, de l’attraction-répulsion, de toute l’intensité du plaisir qui est aussi une douleur, l’amour dans sa dimension tribale ou solitaire, une danse hallucinante d’intensité, d’inattendus et de fulgurances, c’est la signature du célèbre couple de chorégraphes Sharon Eyal et Gai Behar qui sillonnent les scènes internationales en créant pour les compagnies de danse les plus diverses, en laissant un impact de foudre. Cette pièce-ci, Soul Chain, est certainement l’une de leurs pièces les plus marquantes. Elle leur a valu de remporter le prestigieux prix de danse allemand Der Faust. 

Rien ne serait non sans la trame musicale signée Ori Lichtik, qui combine les langueurs de tango aux mélodies tourbillonnantes, des variations percussives jusqu’à la vraie transe électro qui, avec l’impact de la danse, vous secoue dans votre fauteuil. Un vrai tremblement de corps en plein verglas pour le plaisir de la chair et des sens. Soul Chain : un déchainement de l’âme.

Site de Danse Danse

Soul Chain (UA)

&&&

Les éditeurs de la Métropole & de la Capitale (ÉMC) sont fiers d’annoncer la parution d’un excellent livre de recettes magnifiquement illustré : Inspiré par Solange.  Pour commander :  Les éditions du Mont Royal

Le Pois PenchéMains Libres

Parisienne devenue Montréalaise en 1999, Aline Apostolska est journaliste culturelle ( Radio-Canada, La Presse… ) et romancière, passionnée par la découverte des autres et de l’ailleurs (Crédit photo: Martin Moreira). http://www.alineapostolska.com