Jérémy Pilon, la cour des grands!

Jérémy Pilon dans la cour des grands. Par Michel Bureau Jérémy Pilon a quitté le Québec au cours des derniers jours pour la grande aventure. Choix de 18e ronde des Rays de Tampa Bay. Le jeune lanceur gaucher de 18 ans, 6’’1 et 220 lbs, s’est présenté au Complexe Sportif des Rays à Port Charlotte en Floride, gonflé à bloc. Ils sont près de 200 joueurs au camp qui rêvent de faire carrière comme lui dans le baseball majeur. Jérémy a un bon répertoire de tirs, une rapide explosive à 94 mph, un changement de vitesse déroutant, et une courbe qu’il maîtrise parfaitement, et ce qui ne gâte rien c’est un lanceur gaucher, une denrée rare au baseball. Il a bon espoir de graduer dans le A avant la fin de la saison.
Jérémy Pilon, lanceur québécois prometteur! Jérémy Pilon, lanceur québécois prometteur!
Jérémy Pilon, lanceur québécois prometteur!

Jérémy Pilon dans la cour des grands du baseball. Par Michel Bureau

Jérémy Pilon a quitté le Québec au cours des derniers jours pour la grande aventure. Choix de 18e ronde des Rays de Tampa Bay. Le jeune lanceur gaucher de 18 ans, 6’’1 et 220 lbs, s’est présenté au Complexe Sportif des Rays à Port Charlotte en Floride, gonflé à bloc. Ils sont près de 200 joueurs au camp qui rêvent de faire carrière comme lui dans le baseball majeur. Jérémy a un bon répertoire de tirs, une rapide explosive à 94 mph, un changement de vitesse déroutant, et une courbe qu’il maîtrise parfaitement, et ce qui ne gâte rien c’est un lanceur gaucher, une denrée rare au baseball. Il a bon espoir de graduer dans le A avant la fin de la saison.

Il faut comprendre qu’au baseball, il y a plusieurs étapes à franchir avant d’arriver à la terre promise, il y a le A, le AA, et le AAA, les surdoués comme mon ex-colocataire, Mark Grudzielanek, qui est passé du AA au majeur avec les Expos, ne sont pas légion. Les Rays ont démontré qu’ils avaient confiance en Jérémy, ils savaient que le jeune homme de Salaberry-de-Valleyfield venait d’être opéré lorsqu’ils l’ont sélectionné, une opération mineure. Fort mentalement, Jérémy raconte que sa force mentale est de rester calme et zen au monticule en toutes circonstances, et d’attaquer les frappeurs avec toujours beaucoup d’intensité. Jérémy a été repêché par les Blue Jays de Toronto en 2022. ‘’J’avais 16 ans, je n’étais pas prêt pour compétitionner avec des adultes, mais aujourd’hui, je suis plus fort mentalement et physiquement. J’ai gagné en maturité’’, me confie Jérémy de la base d’entraînement des Rays en Floride.

Les conseils d’Éric Gagné

Jérémy a fait un séjour en Arizona pour s’entraîner chez Éric Gagné. ‘’Je demeurais dans un airbnb, Eric venait me chercher le matin pour nos entraînements. J’ai adoré m’entraîner avec Éric, il m’a donné de précieux conseils notamment sur la mécanique d’un lanceur’’, de confier Jérémy qui rêve de jouer pour le Canada au championnat mondial de baseball en 2026.

De la discipline

Pour un athlète qui aspire à faire carrière chez les professionnels, il y a le talent bien sûr qui prime, mais aussi la discipline. Jérémy en est pleinement conscient. ‘’Je me lève chaque matin à 8h, nous avons des entraînements chaque jour du lundi au vendredi de 9h à 13h, nous déjeunons et dînons au Complexe des Rays. Le soir, soit que nous allons au resto, ou encore à l’épicerie pour se procurer ce dont nous avons besoin pour se faire à manger’’, confie Jérémy qui a pour idole l’excellent lanceur des Dodgers, Clayton Kershaw, qui en sera vraisemblablement à sa dernière saison dans le baseball majeur, l’arrivée D’Ohtani et la possibilité de gagner une autre série mondiale y est sûrement pour quelque chose dans sa décision.

Jérémy qui est l’aîné d’une famille de deux enfants, il  a une sœur de 15 ans, ne pense pas souffrir d’éloignement. ‘’Je suis en Floride jusqu’en octobre prochain, mes parents doivent venir en mars, et peut-être à deux autres occasions d’ici octobre. Le baseball occupe toutes mes pensées’’, souligne Jérémy Pilon. À ce jour, on compte 14 Québécois qui frappent aux portes du baseball majeur, dont Vladimir Guerrero, natif de Montréal, Edouard Julien chez les Twins du Minnesota, Abraham Toro avec les A’s D’Oakland, Otto Lopez avec les Blue Jays, Charles Leblanc dans le club-école des Angels dans le AAA, Eric Cerantola (AA) club-école des Royals de Kansas City, dans le A Miguel Cienfuegos ( les Padres de San Diego), Cédric De Grandpré (les Braves D’Atlanta), Nathan Landry ( les Red Sox de Boston), Anthony Quirion ( les Phillies de Philadelphie), Pier-Olivier Boucher ( les Braves D’Atlanta), Archer Brookman ( Les Tigers de Détroit), Nicolas Deschamps ( les Blue Jays de Toronto), et le dernier venu et non le moindre Jérémy Pilon, le benjamin de la cohorte des joueurs de baseball québécois qui aspirent à une carrière dans le baseball majeur.

En terminant, un gros merci à Jacques Lanciault pour les infos, lui qui suit de près les faits et gestes de nos joueurs de baseball aux quatre coins de l’Amérique.

Poésie Trois-RivièreMains Libres

Le Bureau des Sports