Les Expos, déjà vingt ans

Les Expos, déjà vingt ans. Par Michel Bureau Je me souviens comme si c’était hier du dernier match des Expos au Stade olympique. On avait l’impression d’aller à une soirée funèbre. J’ai vu dans les gradins des partisans pleurer à chaudes larmes après le match. C’était comme perdre un proche, moins dramatique, mais un deuil. Le hasard a voulu que le tout dernier match soit disputé contre les Marlins de la Floride de Jeffrey Loria, un des fossoyeurs de la franchise des Expos. Le départ des Expos a aussi profité à Claude Brochu qui a engrangé des millions $ avec la vente de l’équipe.
Le dernier match des Expos de Montréal le 29 septembre 2004 au State Olympique Le dernier match des Expos de Montréal le 29 septembre 2004 au State Olympique
Le dernier match des Expos de Montréal le 29 septembre 2004 au State Olympique

Les Expos, déjà vingt ans. Par Michel Bureau

Je me souviens comme si c’était hier du dernier match des Expos au Stade olympique. On avait l’impression d’aller à une soirée funèbre. J’ai vu dans les gradins des partisans pleurer à chaudes larmes après le match. C’était comme perdre un proche, moins dramatique, mais un deuil. Le hasard a voulu que le tout dernier match soit disputé contre les Marlins de la Floride de Jeffrey Loria, un des fossoyeurs de la franchise des Expos. Le départ des Expos a aussi profité à Claude Brochu qui a engrangé des millions $ avec la vente de l’équipe.

Si le regretté, Bernard Landry, a fait des efforts louables pour sauver les Expos auprès du PM de l’époque, Lucien Bouchard, la communauté des gens d’affaires à baisser les bras. Après avoir été sous tutelle, l’équipe a été vendue 250 millions $, la franchise vaut maintenant près de 2 milliards $. Il y a quelqu’un quelque part qui n’a pas fait ses devoirs.

Je me souviens également du tout premier match des Expos contre les Cards de Saint-Louis au parc Jarry, des: Jose ‘’Coco’’Laboy, Bob Bailey, Mack Jones ( Jonesville) Bill Stoneman, John Boccabella, que l’animateur maison, Claude Mouton, avait plaisir a prononcé le nom, du petit général Gene Mauch, du gigueur dans les gradins, de l’organiste Fernand Lapierre, c’était nos Expos, nos amours! Nous avions un lien particulier avec les joueurs. Comment oublier la toute première apparition de Claude Raymond au monticule. Puis, il y a eu le Grand Orange, Rusty Staub, qui a rapidement connecté avec les partisans francophones de l’équipe en s’adressant à eux dans la langue de Molière. La première grande vedette de l’équipe.

Par la suite, il y a eu Gary Carter, le kid, j’étais en ondes lors de l’annonce de son décès, ce fut très émouvant, mort d’un cancer, le Kid n’avait que 57 ans. Gary Carter a marqué l’histoire des Expos plus que n’importe quel autre joueur dans l’histoire de la concession. Après un séjour avec les Mets, avec lesquels il a gagné la Série mondiale, Gary est revenu à Montréal pour y terminer sa brillante carrière, pour ensuite être élu au Temple de la Renommée du baseball. Il a frappé un double contre les Cubs de Chicago à sa dernière apparition au bâton dans l’uniforme tricolore par-dessus la tête de son ex-coéquipier, André Dawson, qui n’était pas nécessairement son meilleur ami chez les Expos à l’époque. Dawson a fait la paix avec Gary en fin de vie.

Et il y a eu Vladimir Guerrero assurément dans le top trois des meilleurs joueurs dans l’histoire de l’équipe. Pas aussi charismatique que Gary Carter, mais tout aussi productif. La plus grosse erreur de l’organisation des Expos aura été de déménager du Parc Jarry au Stade olympique, un stade qui n’est pas du tout conçu pour des matchs de baseball, trop loin de l’action. Il en va de même pour n’importe quel événement sportif. J’ose espérer que le gouvernement en a pris bonne note, mais j’en doute.

Perry Gee, la mémoire vive des Expos

Heureusement, il y a Rodger Brulotte et Perry Gee pour nous rappeler que Montréal a eu une équipe dans la MLB ( Major League Baseball). D’ailleurs, le 20 avril 2024 ‘’Expos Fest’’, dont Perry Gee est le maître d’œuvre, tiendra un événement au profit de la Fondation Kat Demes à L’Embassy Plaza en présence de plusieurs ex-joueurs des Expos pour souligner le dernier match des Expos à Montréal en 2004, un triste anniversaire! Malheureusement, je doute que les Expos reviennent à Montréal un jour.

Mais à défaut d’avoir une équipe dans la MLB, pourquoi pas une franchise dans la ligue Frontier qui offre un très bon calibre de jeu, c’est du baseball professionnel. Le président des Capitales de Québec, Michel Laplante, souhaite ardemment que Montréal obtienne une franchise, il milite en ce sens. Cela pourrait créer une belle rivalité entre Trois-Rivières, Québec et Montréal. À défaut d’un filet mignon, un bon hamburger steak sauce au poivre avec frites, serait un bon compromis!

Le Bureau des Sports

Mains LibresLe Pois Penché